Imprimer cette page

Défense du titre de Sexologue


Depuis quelques années, des discussions se tiennent au niveau politique à propos de la reconnaissance officielle d'une série de « nouvelles » professions de la santé, dont la sexologie clinique

Les positions de la SSUB sur la question se résument en trois grands points :

  1. Le refus d'une mise de la sexologie clinique sous tutelle d'une profession tierce. Le souci d'interdisciplinarité théoriquement en vigueur dans le champ entier de la santé ne peut servir de prétexte au contrôle unilatéral d'une profession par une autre (i.e. la médecine ou la psychologie clinique). Ce principe a pour corollaire l'affirmation de notre déontologie.
  2. La critique d'une propension à laisser la sexologie clinique se restreindre au seul champ de la santé mentale , un concept qui au demeurant fait l'impasse sur l'étroite intrication des facteurs psychologiques, biologiques et sociaux.
  3. La revendication pour les diplômés de sexologie d'une éligibilité aux formations débouchant sur un titre reconnu de psychothérapeute.